4 livres pour ralentir et prendre le temps de vivre

Cela ne vous aura pas échappé, ce Pont de l’Ascension est l’occasion rêvée, pour la plupart d’entre nous, de marquer une vraie pause dans son quotidien survolté et de goûter aux joies d’un repos souvent bien mérité ! Alors, pour prolonger encore un peu plus cet état d’esprit propice à la détente, je vous présente aujourd’ hui 4 livres pour ralentir et prendre le temps de vivre !

Peut-être y trouverez-vous l’inspiration, je vous le souhaite, de ne rien faire mais de le faire bien, comme le suggère Emilie Devienne, auteure du 1er livre dont je vous parle ce matin…

Buller, c’est malin – Ne rien faire et le faire bien

Ce 1er livre, c’est Buller malin, ne rien faire et le faire bien, paru récemment aux Editions Eyrolles, signé donc Emilie Devienne, coach et auteur de nombreux ouvrages sur la croissance personnelle et le développement professionnel.

Voici d’abord le pitch, que vous pourrez lire en 4ème de couverture du livre :

« S’ennuyer, quel bonheur ! Quand l’ennui monte à l’abordage, accueillez-le plutôt que de le fuir à tout prix. Grâce à lui, vous apprendrez mieux à vous connaître, à écouter vos besoins profonds et à développer votre créativité. L’ennui est tout sauf une perte de temps désagréable. Nous sommes dépositaires de ressources intérieures fabuleuses, insoupçonnées, encore faut-il leur accorder l’espace de se manifester. L’ennui réactive le désir en nous, celui qui nous porte à son tour vers l’action. C’est pourquoi il faut optimiser les périodes au cours desquelles l’ennui s’invite en nous. C’est ça, buller malin. Ce livre, riche en exercices et en témoignages, vous aidera à apprivoiser votre ennui pour en faire votre meilleur atout. »

Vous l’avez compris, il est donc question d’ennui dans ce livre, et vous savez quoi, pas une seconde je ne me suis ennuyée en le lisant ! Il faut dire que l’auteure nous livre ici une vision de l’ennui que je partage pleinement, depuis longtemps : l’ennui fécond, qui apparaît comme une opportunité à saisir, une occasion de se connecter à soi, mais aussi l’ennui rappel à l’ordre, qui devient un espace pour comprendre, à l’heure précisément où le burn-out fait des ravages, et une chance pour notre créativité !

Elle y évoque d’ailleurs les trois « C » offerts par l’ennui :

  • Connexion à soi ;
  • Compréhension ;
  • Créativité.

Je confirme que le livre, au-delà de la réflexion qu’il propose sur la place de l’ennui dans notre société, est une invitation à s’interroger sur notre propre relation au temps, et sur ce que notre patience, ou notre impatience, dit de nous.


Ce livre est une invitation à s’interroger sur notre propre relation au temps, et sur ce que notre patience, ou notre impatience, dit de nous.

Bref, je me suis régalée, et je ne peux que vous inviter à mon tour de vous délecter de son contenu, il y a fort à parier qu’après sa lecture, vous ne porterez plus jamais le même regard sur l’ennui et, je l’espère, culpabiliserez moins chaque fois que vous déciderez de prendre un temps pour vous et de buller malin…

Buller malin – Ne rien faire et le faire bien, 16 €, Editions Eyrolles


50 super activités pour cultiver la patience en toute circonstance

Le second livre dont j’avais envie de vous parler ce matin, c’est 50 super activités pour cultiver la patience en toute circonstance, qui vient de paraître aux Editions Jouvence et qui est signé de Floréal Sotto, sociologue de formation et pédagogue dans le domaine de la lutte contre les discriminations.

Voici le pitch :

« Attendre dans la file de la boulangerie, attendre un train, attendre un texto, attendre la réponse d’un recrutement, attendre un rendez-vous amoureux, attendre la naissance d’un enfant… Dans toutes les étapes de la vie, des plus quotidiennes aux plus extraordinaires, il nous faut apprendre à patienter, alors même que l’impatience nous gagne de toute part ! Plus qu’un livre de chevet, ce cahier d’activités est à emporter partout avec vous pour rendre vos moments d’attente plus agréables à vivre. Vous y trouverez des activités pour vous divertir et lâcher prise sur la situation, pour prendre soin de vous (c’est le moment d’en profiter !), pour apaiser votre mental qui bouillonne probablement, pour développer votre créativité et, pourquoi pas, transformer votre impatience en œuvre d’art ! »

Voilà pour la petite présentation.

Plus qu’un livre sur la patience, 50 super activités pour cultiver la patience en toute circonstance est une petite mine de ressources pour vivre l’attente, souvent vécue de manière désagréable, autrement, avec de la poésie, de la joie, du plaisir, de la magie, des couleurs, comme une boîte à outils personnelle que vous pourrez, avec un peu d’imagination, enrichir à votre tour !

Vous y trouverez des activités pour se divertir, des activités pour prendre soin de soi, des activités pour apaiser son mental, ou encore pour développer sa créativité.

Idéal, donc, pour retrouver son âme d’enfant et développer sa capacité, parfois endormie, d’émerveillement…

50 super activités pour cultiver la patience en toute circonstance, 9,80 €, Jouvence


L’art de ralentir – Pour prendre le temps de vivre

Le 3ème livre que j’ai sélectionné pour vous ce matin, c’est « L’art de ralentir – Pour prendre le temps de vivre », paru en 2018 chez Flammarion, écrit par Véronique Aïache, journaliste spécialisée dans le bien-être, et auteure, chez Flammarion également, de Massages du monde et de L’Art de la quiétude.

D’abord, ce livre parait dans une collection que j’aime beaucoup, et pour cause, car elle a porté pas moins de 5 livres de Dominique Loreau, dont le très connu L’art de l’essentiel ou encore Vivre heureux dans un petit espace.

Alors, comme pour les deux précédents livres, je vous livre d’abord le pitch :

« Nous prendrons le temps de vivre » chantait Georges Moustaki. Il faut prendre, reprendre, apprendre le temps de vivre et ce en ayant conscience et en acceptant la relativité du temps. L’auteur nous parle ici de l’urgence que l’on choisit, parce qu’on pense que le temps perdu l’est irrémédiablement, mais aussi de celle que l’on subit tous les jours, dans notre société moderne où tout va si vite ! Décidons de ralentir en poursuivant notre route vers l’essentiel, sans craindre de passer à côté de notre existence. L’art de ralentir livre les clés de la slow attitude : une façon de vivre à la fois douce et riche, où la maladie de l’urgence n’a plus ses maux (M A U X) à dire. »

Même si forcément, je « connais » le sujet par cœur, celui du temps qui accélère et que nous aimerions ralentir, j’ai aimé lire le livre de Véronique Aïache, d’abord pour la finesse de sa plume, mais aussi parce que le sujet est abordé dans sa globalité, à travers de petits chapitres courts d’une à deux pages maximum. Parfait pour celles et ceux qui ont envie de découvrir le sujet et pourquoi pas, là encore, de s’interroger sur sa propre relation au temps.

L’Art de ralentir – Pour prendre le temps de vivre, 9,90 €, Flammarion


Juste un peu de temps

Le 4ème et dernier livre que je vous propose ce matin, c’est un roman, qui vient d’être réédité en Livre de Poche, et qui se définit lui-même comme « le roman de la charge mentale » !

L’auteure, Caroline Boudet, est journaliste et maman de 2 enfants, nous raconte l’histoire de Sophie, 35 ans, un mari formidable, trois beaux enfants, un travail qui lui plait. Pourtant, un jour, la parfaite Sophie disparaît, laissant derrière elle un mot énigmatique : « Je reviens. Juste un peu de temps. Merci ».

Extrait :

« La charge mentale. La foutue charge mentale. Qui ressemble de plus en plus à une charge explosive qu’elle ferait volontiers sauter. Quelque chose a claqué en elle. Sophie ne voulait pas rentrer, ne pouvait pas. Elle ne voulait simplement plus de cette vie-là. Ses pieds n’avaient tout simplement pas pu prendre le chemin de la gare, ses doigts avaient d’eux-mêmes éteint son portable, et son instinct maternel – je suis indispensable, je suis coupable, ils ne sont rien sans moi – s’est mis en mode silencieux pour la première fois depuis sept ans. »

L’histoire de Sophie, ça aurait pu être la mienne, comme la vôtre peut-être, et celles de milliers, que dis-je, centaines de milliers d’autres « jongleuses du quotidien » … Parce qu’on a toutes, je crois, consciemment ou non, rêvé, au moins une fois dans sa vie, de tout quitter et de partir loin, pour retrouver notre liberté.


L’histoire de Sophie, ça aurait pu être la mienne, comme la vôtre peut-être, et celles de milliers, que dis-je, centaines de milliers d’autres « jongleuses du quotidien » …

Alors, puisqu’il s’agit d’un roman, je ne vais pas vous « spoiler » la fin et vous laisse le découvrir tranquillement, si le cœur vous en dit. C’est un petit roman, de 246 pages, qui se lit rapidement, et qui se glisse facilement dans le sac à main 😉

Juste un peu de temps, 7,40 €, Le Livre de Poche


Voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! Profitez bien de votre long week-end, sachez apprécier chaque seconde qui s’écoule, que vous soyez seul.e ou entouré.e, en train d’attendre ou déjà occupé.e.

Le temps est si précieux, apprenons à l’aimer…

A écouter aussi en version audio, sur SoundCloud ou Apple Podcast !

De Zen et Organisée à Temps et Equilibre…

Il y a tout juste une semaine, je signais et partageais, la gorge serrée, le dernier billet de mon blog Zen & Organisée, « Une page se tourne… ». Quelques lignes pour tourner une page qui a duré plus de 8 ans et qui a marqué ma vie à tout jamais.

Aujourd’hui, je suis très fière d’en écrire une nouvelle, et de l’écrire avec vous, qui me suivez depuis tant d’années. Cette nouvelle page porte tout simplement le nom de ma nouvelle structure juridique (une SARL créée en avril dernier mais qui s’inscrit dans la parfaite continuité de l’activité que je développe depuis 2011) :

Temps & Equilibre.

Ce nom est venu à moi il y a 18 mois, comme une évidence, dans le train retour d’un déplacement professionnel parisien. Je savais à cet instant que je « devais » créer un cabinet (et donc passer d’une entreprise individuelle en nom propre à une société) et que ce cabinet s’appellerait Temps & Equilibre.

Et je ne me voyais pas créer ce cabinet sans le doter d’un blog qui serait à son image. Voici chose faite !


Ce blog, que je vous dévoile ce matin, c’est mon nouveau terrain de jeu, mon « laboratoire de recherches » !

Ce blog, que je vous dévoile ce matin, c’est mon nouveau terrain de jeu, mon « laboratoire de recherches » ! J’avais besoin d’un nouveau blog qui ressemble davantage à celle que je suis devenue, et qui traiterait exclusivement des sujets qui me portent et m’animent aujourd’hui : au premier chef, et plus que jamais, la gestion du temps et l’équilibre.

Je rêvais en effet depuis longtemps d’un blog qui ne parlerait (presque) que de ces deux thématiques, centrales dans ma démarche, et plus globalement dans ma vie. Je peux vous avouer maintenant que je me suis souvent retenue d’écrire sur ces sujets sur le blog Zen & Organisée pour ne pas lasser, pour ne pas saturer mes lectrices. En réalité, je n’aurais (presque) parlé que de cela, encore et encore… Parce que 10 ans après avoir commencé à travailler sur ces sujets, ils me passionnent toujours autant !

Sa « baseline », qui ne vous surprendra pas : « Se réapproprier son temps et (re)trouver un équilibre ».

Alors, je me suis fait plaisir en imaginant (avec l’aide précieuse de ma webdesigner préférée, May Lopez) ce nouveau blog : je l’ai voulu centré prioritairement sur le contenu. Pas de fioritures, pas de « sidebar » latérale, mais simplement un contenu : un visuel, un texte, et, chaque fois que le sujet s’y prêtera, un audio.


Je l’ai voulu centré prioritairement sur le contenu.

Le blog s’articule autour de 6 catégories :

  • Gestion du temps
  • Equilibre vie pro / perso
  • Charge mentale
  • Slow working
  • Déconnexion
  • Et, les livres, toujours et encore, à travers une catégorie »Biblio » (ça, c’est le petit cadeau que je me fais !) 🙂

Pour qu’il soit un peu étoffé à son démarrage, j’ai trié sur le volet et intégré quelques billets et textes que j’avais déjà partagés sur le blog Zen & Organisée, dans certains de mes livres ou via mon podcast audio, et qu’il me semblait utile de partager de nouveau ici. Mais rassurez-vous, de nouveaux billets tous frais vont arriver très vite !

Et d’ici peu, le blog sera relayé et complété par un nouveau podcast, le podcast Temps & Equilibre, qui lui aussi prendra le relais de mon podcast Zen & Organisée !

Voilà, vous savez tout !

J’espère que ce nouveau blog vous plaira et que vous continuerez à me suivre dans mes nouvelles aventures 🙂

Je vous laisse le découvrir tranquillement, à votre rythme, et je vous retrouve très bientôt, pour de tous nouveaux billets.

Bienvenue !

Diane

Mes applis pour alléger la charge mentale !

Amies geek, vous les adorez ! Qu’elles vous permettent de mieux vous organiser ou de vous détendre, les applis sont conçues pour vous faciliter la vie. Mais attention, elles peuvent aussi vous rendre (encore plus) dépendantes aux outils qui clignotent, vibrent, notifient ! A utiliser avec modération…

Les applis pour mieux s’organiser et alléger sa charge mentale sont nombreuses, de qualité inégale, parfois complémentaires entre elles, parfois carrément redondantes. A vous de les tester, une par une, et de vous faire votre propre opinion. Une ou deux applis bien utilisées, en complément de votre calendrier numérique (Google Agenda, Outlook, S Planner…) par exemple, pourront véritablement vous faciliter la vie et contribuer à libérer de l’espace disponible sur ce formidable (et inégalable) disque dur qu’est votre cerveau !


Google Agenda :  l’incontournable !

L’application, disponible via votre navigateur et synchronisé en temps réel sur votre smartphone et/ou tablette, est gratuite. Il suffit, pour en bénéficier, comme pour toutes les applications Google, d’ouvrir un compte Gmail. Au jour d’aujourd’hui, je n’ai pas trouvé plus simple et plus intuitif pour gérer son agenda électronique et pour le partager avec celui de son conjoint !

Combiné à l’application TASKS (le tout nouveau gestionnaire de tâches de Google), Google Agenda sera votre meilleur allié au quotidien pour partager l’information avec votre conjoint… et votre charge mentale !

Gratuit – Disponible en version iOS et Android 

Google Agenda

Tipstuff : pour les parents organisés !

TIPSTUFF a été conçu pour aider les parents actifs à mieux concilier leur vie de parent et leur travail. L’appli rassemble toutes les fonctions nécessaires pour organiser facilement la vie familiale :

  • Planifier facilement toutes les activités familiales grâce à un calendrier commun synchronisé avec les agendas de chacun ;
  • Partager avec votre conjoint la liste de courses (ou des tâches) à faire absolument pendant la semaine ;
  • Mettre en commun toutes les infos utiles au quotidien, telles que le numéro de la baby-sitter, la taille de vêtements des enfants, le numéro de sécurité sociale, etc.
  • Composer les menus pour la semaine, et les exporter vers vos listes de courses.

Depuis un smartphone, une tablette ou un PC, chaque membre de la famille peut accéder au calendrier commun, ou vérifier les achats à faire pour le déjeuner de dimanche prochain. Les parents peuvent enfin alléger leur charge mentale, et retrouver de la sérénité !

Une version gratuite, et une version Premium, sur abonnement (5,49 € par mois) – Disponible en version iOS et Android 

Tipstuff

Pistache : pour motiver vos enfants à faire leurs tâches quotidiennes !

« Meilleure appli » aux Trophées de la Famille 2016, PISTACHE est une application ludique pour motiver et responsabiliser vos enfants ! Créez des missions personnalisées selon les besoins de votre famille. Vos enfants pourront valider leurs missions une fois terminées, et remporter des clés, qui serviront à débloquer l’accès à des super jeux et à des vidéos

Gratuit – Disponible en version iOS et Android 

Pistache

Wunderlist :  la Reine des listes !

Wunderlist est l’appli qu’il vous faut pour alléger votre mental de tout ce qui l’encombre, souvenez-vous, le fameux « syndrome du post-it mental » ! Très simple d’utilisation, l’appli sera un excellent aide-mémoire et vous permettra, au travail comme à la maison, de gérer et de partager vos listes, avec votre conjoint, vos enfants, vos amies ou encore vos collègues.

Gratuit – Disponible en version iOS et Android 

Wunderlist

Do it Tomorrow : pour ne plus procrastiner… ou presque !

A quoi bon faire aujourd’hui ce que l’on peut faire demain ? Voici le credo de Do it Tomorrow qui plaira au procrastinateur qui sommeille (plus ou moins) en chacun de nous. Parfait pour noter ses tâches quotidiennes et pour reporter, très (trop ?) facilement, au lendemain, ce qui n’aura pas été fait aujourd’hui ! J’apprécie son interface simple et intuitive, qui donne l’impression d’écrire dans un vrai agenda virtuel. A tester avant de l’adopter !

3,49 € – Disponible en version iOS et Android 

Do it Tomorrow

Remember The Milk : le meilleur des « pense-bêtes » !

Remember The Milk est une application de tâches intelligente « pour les gens occupés ». Vous n’avez pas besoin d’ouvrir l’appli pour aller consulter vos tâches en cours, l’appli vous envoie une alerte par email, SMS ou messagerie instantanée pour vous rappeler vos échéances. Utile pour ne pas oublier (le lait ?) la « deadline » d’envoi de votre déclaration de revenus, de rappeler le médecin ou de recharger la carte cantine de votre dernière. On peut également gérer ses tâches sans être connecté et utiliser l’appli avec Google Agenda.

Gratuit (version pro sur abonnement – 39,99 € par an) – Disponible en version iOS et Android 

Remember The Milk

Trello : l’outil collaboratif par excellence

Trello est un outil collaboratif de gestion de projet/tâches, l’un des meilleurs du genre, pour un usage pro et perso. Trello s’organise comme un tableau de bord de vos différentes activités (vous pouvez créer un tableau de bord pro et un tableau de bord perso), incluant un système de listes de tâches et de cartes (une carte = une action) que l’on peut faire glisser facilement d’une liste à l’autre. Idéal pour travailler sur un projet, répartir les tâches et faciliter le partage d’information entre conjoints par exemple ! 

Gratuit – Disponible en version iOS et Android 

Trello

Méditer avec Petit BamBou : la pause méditation

Enfin, pour vous aider à déconnecter de vos outils numériques et à vous centrer progressivement sur l’instant présent, je ne peux que vous conseiller Méditer avec Petit BamBou, la première appli de méditation qui a déjà séduit plus de 2 millions d’utilisateurs en Europe !

Les huit premières séances de méditation sont gratuites. Un catalogue très complet de différents programmes (dont Le temps et moi, un programme de 18 séances de méditation pour se réapproprier son temps, que j’ai eu le grand bonheur de concevoir avec l’équipe de Petit BamBou) sont accessibles sur abonnement.

Quelques-uns de ces programmes vous seront d’une grande utilité pour alléger votre charge mentale :

  • Présence à soi
    • Stress
    • Lâcher-prise
    • Travail au féminin
    • Digital Détox
    • Sens, soin et estime de soi
    • Sérénité naturelle
    • Art et pleine conscience.

Plusieurs programmes sont également disponibles pour les enfants, de 5 à 12 ans, pour les adolescents, de 12 à 18 ans, et pour les étudiants.

Un premier pas en direction de la pleine conscience…

8 séances découvertes gratuites et catalogue complet (plus de 600 méditations guidées) sur abonnement (4,99 € par mois). Disponible en version iOS et Android 

Méditer avec Petit BamBou


Maydée, un projet d’appli pour mieux répartir les tâches domestiques dans le couple et faire avancer les inégalités femmes-hommes !

L’association Maydée, à travers l’application mobile qu’elle édite et ses autres actions (publication de contenus rédactionnels, tutos pédagogiques, …) entend aider les utilisateurs à s’affranchir des rôles genrés qui leurs sont encore aujourd’hui très souvent attribués, notamment dans la répartition des tâches domestiques. Par exemple, l’idée que les femmes auraient une prédisposition pour le care (« soin » en français) et un goût « naturel » pour les tâches domestiques, « la maison étant leur univers ». Mais elle entend aussi sensibiliser les hommes à l’intérêt de plus s’impliquer dans les affaires domestiques. L’appli permettra notamment d’enregistrer seule ou en couple les tâches (tâches domestiques et responsabilités familiales) que vous effectuez, et de prendre conscience de votre niveau d’investissement au sein du foyer.

Pour découvrir et soutenir le projet : www.maydee.fr

Jongleuses du quotidien !

Depuis bientôt 10 ans, je côtoie hommes et femmes en quête d’équilibre. Mais j’ai pu mesurer au fil des ans combien il était difficile pour les femmes en particulier de continuer à prendre soin de leurs propres besoins, a fortiori lorsqu’elles sont devenues mères.

Comme si toute leur force vitale devait désormais être dévolue soit à leur famille, soit à leur travail.

Progressivement, sans même s’en rendre compte, elles prennent l’habitude d’ignorer leurs besoins, au point parfois de ne plus savoir qui elles sontce qu’elles aiment vraiment faire ni même ce qu’elles aimaient faire « avant ».

C’est l’amnésie. L’oubli de soi, au sens propre comme au sens figuré.

Se mettre au service de l’autre est devenu la norme.

Mais allons un peu plus loin dans le portrait de ces femmes coincées dans une vie binaire rythmée par les obligations professionnelles et familiales, et qui laisse trop peu de place à l’expression de leur individualité.

Les femmes que j’ai choisi d’accompagner sur le chemin de l’équilibre sont, comme j’aime les appeler, des JONGLEUSES DU QUOTIDIEN, souvent perfectionnistes au travail comme à la maison, exigeantes avec elles-mêmes comme avec les autres.

Elles travaillent beaucoup, s’investissent dans tout ce qu’elles entreprennent, probablement trop, et se mettent elles-mêmes une grande pression.

Elles ne s’autorisent que rarement à lâcher-prise et à demander du soutien et culpabilisent dès qu’elles sortent du cadre de leurs multiples obligations.

Elles se sentent globalement épuisées, cernées par les contraintes temporelles et éprouvent de plus en plus de difficultés à faire face à un quotidien qui semble les écraser, les transformant progressivement, selon leurs propres termes, en véritable robot, branché sur pilotage automatique.

Sur sollicitées en permanence, elles doivent composer jour après jour avec une impression tenace de toujours courir après le tempset de ne jamais parvenir (ou de façon si anecdotique) à prendre un peu de temps pour elles, avec à la clé un risque souvent négligé de surmenage, voire de burnout.

Mon travail consiste alors, de fil en aiguille, à leur faire comprendre qu’il est temps pour elles de se placer de nouveau au cœur de leurs priorités. Quand j’y parviens, je sais que le plus gros du travail a été fait.

Le reste n’est que logistique et gestion d’agenda.


Se placer de nouveau au cœur de ses priorités nait d’abord d’une prise de conscience : c’est reconnaître que l’on a nous aussi des besoins propres, uniques, différenciés de ceux qui nous entourent et tout aussi légitimes, et que l’on a probablement, dans certains cas pendant des années, oubliés de les satisfaire.

Puis enfin d’une décision : celle de se mettre enfin à leur écoute pour préserver son équilibre et se rendre de nouveau disponible pour soi comme pour les autres.

Et vous, jusqu’à quel point vous reconnaissez-vous dans ce portrait ?

Kairos Vs Chronos : développer une approche intuitive du temps !

Vivre en harmonie avec son temps implique de savoir reconnaître quand le contexte n’est pas favorable au développement de son projet. Cette « intelligence de situation », qui se nourrit de notre expérience, nous donne les bons repères pour dépenser notre énergie à bon escient et nous abandonner, avec douceur et confiance, à notre ressenti intérieur.

Kairos Vs Chronos : l’art de saisir le « moment juste »

Le dieu grec Kairos, par opposition au dieu grec Chronos, qui est le dieu du temps physique et linéaire tel qu’on le conçoit en occident (le plus souvent symbolisé par la montre), est quant à lui le temps de l’occasion opportune, du « moment juste ».

Le dieu grec Kairos est souvent représenté par un éphèbe aux talons et aux épaules ailés qui ne porte qu’une touffe de cheveux sur la tête. Quand il passe à notre proximité, il y a trois possibilités :

  1. on ne le voit pas ;
  2. on le voit et on ne fait rien ;
  3. au moment où il passe, on tend la main, on « saisit l’occasion aux cheveux » et on saisit ainsi l’opportunité.

Kairos a donné en latin opportunitas (opportunité, saisir l’occasion). Ainsi, dans le langage courant, Kairos évoque le point de basculement décisif, avec une notion d’un avant et d’un après. Le Kairos est donc « l’instant T » de l’opportunité : avant est trop tôt, et après trop tard.

Maintenant est le bon moment pour agir.

Une notion immatérielle du temps mesurée non pas par la montre, mais par le ressenti…

Développer une approche intuitive du temps

Se mettre à l’écoute de son ressenti intérieur pour synchroniser nos actions à notre intuition nous aide précisément, par l’observation de nos émotions, de nos pensées et de tout ce qui se joue autour de nous, à déceler le moment opportun pour s’atteler à son projet.

Cette approche intuitive, qui s’inscrit dans la droite lignée du mouvement Slow, n’est pas incompatible, loin s’en faut, avec une bonne et saine gestion de son temps.

Le fait d’arbitrer ses priorités, qu’elles soient mensuelles, hebdomadaires ou quotidiennes, ou encore de planifier son travail ou ses projets dans un temps défini ne s’oppose pas, bien au contraire, à la nécessité de marquer des pauses et de ralentir le tempo quand le besoin s’en fait sentir.

La question que l’on peut se poser est : 

Quelle conception de la gestion du temps avons-nous ?

Il est évident que si l’on considère la gestion du temps comme des pratiques contraignantes qui ne visent qu’à millimétrer chacune de nos actions et à nous inscrire dans une productivité/rentabilité continue, on s’éloigne à grands pas des bienfaits du Slow dans sa vie.

La gestion du temps est intimement liée, plus que jamais aujourd’hui, à la gestion de son énergie, et plus largement à la gestion de soi.

Bien loin d’ajouter des contraintes supplémentaires à un quotidien déjà bien chargé, une gestion intuitive de son temps apporte davantage de fluidité et de liberté dans l’organisation de ses journées. Elle permet surtout de mieux gérer son énergie et d’économiser ses efforts, rendant celui qui l’adopte plus ouvert aux opportunités et disponible pour saisir le « moment juste » cher à Kairos…

Faire le choix de l’action juste…

Mais qu’est-ce qu’on entend précisément par « faire le choix de l’action juste » ?

Accordez-vous de temps en temps la liberté d’abandonner le sentiment de contrôle qui vous habite en permanence et goûtez pleinement et simplement au vrai lâcher-prise, celui qui se fonde sur une saine confiance que tout va pour le mieux en cet instant. Faites votre révolution intérieure et libérez-vous une fois pour toutes de cette injonction à l’activisme profondément ancrée en chacun de nous. Oui, l’action est pleine de vertus, mais savoir s’arrêter et ne rien faire l’est tout autant.

Et pour le comprendre, rien ne vaut la pratique, là encore.

Je mets en pratique : faire le choix de l’action juste

Si la perspective de ne rien faire du tout vous met mal à l’aise, demandez-vous d’abord pourquoi. Où se situe le problème ? Vous n’avez pas été éduqué ainsi ? C’est contraire à vos valeurs ? Vous avez trop de choses à faire ? Soit. Et si vous essayiez quand même, juste pour voir et pour en ressentir les bienfaits ?

Démarrez petit. Asseyez-vous sur votre canapé ou sur une chaise et offrez-vous cinq minutes. Pendant ce temps, ne faites absolument rien. Ne lisez même pas. Que s’est-il passé ? Rien. Qui avez-vous lésé ? Personne. Vous avez trouvé l’exercice inconfortable ? C’est normal, vous n’avez pas l’habitude, trop occupé à combler la moindre parcelle de votre temps disponible par des activités tantôt utiles, tantôt futiles.

Ma prescription est simple : recommencez l’exercice jusqu’à ce que l’envie de vous activer en toutes circonstances (et dans certains cas de brasser de l’air, avouez-le !) vous quitte enfin. Bref, jusqu’à ce que vous sachiez reconnaître avec discernement les moments durant lesquels une action de votre part est réellement recommandée, et ceux n’exigeant absolument rien de votre part, si ce n’est celui de prendre soin de vous et de votre niveau d’énergie.

C’est précisément ce que les enseignements de Bouddha dans la Roue du Dharma nommait déjà, il y a plus de 2000 ans :  faire le choix de l’action juste.

A l’heure où nous dégainons nos smartphones dès lors que se profile la moindre seconde d’attente, comme un réflexe conditionné dont nous n’avons probablement même plus conscience tant il nous parait naturel et évident, ne rien faire s’inscrit désormais dans une douce et pacifique résistance.

Ne rien faire est un art, apprenez à le cultiver !


86 400 secondes par jour : donner du sens (et de la valeur) à son temps

Avez-vous vraiment conscience de la valeur de votre temps ?

Votre temps, celui dont vous disposez chaque jour, compte parmi vos ressources les plus précieuses. Vous pouvez choisir d’en savourer chaque seconde, avec gourmandise, ou au contraire de le gaspiller à tort et à travers. Mais c’est bien à vous de décider de la valeur que vous lui accordez.

Comme vous, je dispose d’un capital de 86 400 secondes par jour. Pas une seconde de plus ou de moins. Mais parce que je sais combien le temps compte pour moi, je suis très attentive à la façon dont je le dépense.

Et cette attention-là n’a rien à voir avec l’idée que l’on peut parfois se faire d’une « bonne » gestion du temps, celle qui prévalait essentiellement dans les années 80 et qui continue de résister ici et là : une vision du temps taylorienne qui consiste à optimiser son agenda de telle sorte que l’on puisse en faire encore plus, en moins de temps possible.

Non, l’attention dont je vous parle ici n’a décidément rien à voir. Je suis très attentive à la façon dont j’utilise mon temps car il m’importe avant tout de le dépenser à bon escient, quelle que soit l’activité à laquelle j’ai choisi de me consacrer.

Ce qui fait la différence, c’est l’intention que j’y mets en amont.

Je peux en effet décider en conscience de m’accorder une sieste d’une demi-heure sans que j’aie l’impression de gaspiller mon temps car je sais que cette sieste me permettra de récupérer un peu d’énergie pour poursuivre mon travail de l’après-midi avec plus d’efficacité. Je peux en revanche décider de limiter le temps que je passe chaque semaine à faire les courses car j’estime, à titre personnel, que mon temps pourrait être mieux employé.

De la même manière, je choisis avec la même rigueur à qui j’accorde mon attention. Il m’est ainsi facile, parce que j’ai conscience de la valeur de mon temps, d’activer les leviers qui m’aideront à le préserver : dire non, renoncer à une proposition intéressante, ou plus difficile encore, à un engagement déjà pris, différer un projet ou une envie, m’autoriser à annuler un rendez-vous, poser des limites aux autres (parce que j’ai conscience des miennes) et les faire respecter.

Ce qui peut ressembler de prime abord à une discipline rigide et contraignante se révèle être, in fine, une liberté formidable qui me permet de rester flexible et de m’adapter aux circonstances, aux priorités que je me suis fixées et à mon niveau d’énergie.

Elle me permet surtout de rester fidèle à mes valeurs et mes convictions les plus profondes.

En respectant mon temps, je me respecte moi-même.

Vous l’avez compris, la gestion de votre temps repose essentiellement sur votre capacité à faire des choix et à fixer des limites, en accord avec vos valeurs, dans le respect de vos priorités, et dans l’affirmation de qui vous êtes.

Plus que tous les discours du monde, le comprendre, l’expérimenter, l’intégrer dans votre quotidien vous permettra de reprendre dès aujourd’hui la main sur l’organisation de votre temps.


4 pistes concrètes pour mettre en pratique le Slow working !

Slow Working… Voilà une expression qui résonne chaleureusement à nos oreilles, qui fait du bien simplement en l’écoutant, qui porte en elle la promesse d’une vie professionnelle plus douce, apaisée, moins stressante ! Un concept certes encore un peu vague, qu’il n’est pas toujours facile de définir, mais dont on perçoit assez facilement, et presque instinctivement, les bénéfices pour soi. Et pourtant, force est de constater que cela ne suffit pas pour se l’approprier et le mettre très concrètement en musique dans son propre contexte professionnel. Les excuses sont souvent légion pour botter en touche et remettre le sujet à plus tard : « Pas le temps en ce moment ! », « Trop de dossiers, trop de déplacements ! », « La période n’est pas propice, dans un mois, ce sera plus calme » … Un comble, non ?

Et si nous essayions ensemble, le temps d’une, deux ou trois semaines, juste pour voir ce que cela donne, et surtout pour voir ce que cela change en terme de ressenti, d’ « expérience », au sens premier du terme ?

Rien de bien sorcier, juste quelques pistes, 4 parmi d’autres, qui vous aideront à initier un mouvement, à passer de la théorie à la pratique, ou, dit autrement, d’une « intention molle » à une mise en application concrète et immédiate d’une autre façon de travailler.

Prêt(e) à relever le défi ?

1| Faites l’état des lieux de votre rythme professionnel… avec objectivité.

Vous avez l’impression que le rythme professionnel que vous vivez actuellement vous oppresse et vous avez de plus en plus de mal à tenir la cadence ? Je vous invite à clarifier cette impression et à mettre le focus sur ce qui génère, selon vous, ce ressenti : est-ce dû, peut-être, à l’absence d’un collègue de votre service et au report de sa charge de travail sur la vôtre ? Aux dossiers qui se multiplient ? Aux injonctions contradictoires de votre hiérarchie ? Faites le point, avec le plus d’objectivité et de recul possible. Puis creusez encore un peu plus et regardez si, au-delà de ce qui relève de l’organisation du travail, vous n’êtes pas vous non plus, parfois, à l’origine de ce sentiment d’urgence ? Peut-être lorsque vous laissez les distractions vous détourner de votre dossier en journée et qu’il vous faudra le terminer tard ce soir, voire ce week-end… Ou encore lorsque vous acceptez tout ce qui se présente à vous sans discrimination, et sans prendre le temps de définir ce qui relève de vos priorités, de vos missions … et ce qui n’en relève pas.  En creusant bien, vous verrez que la liste peut être longue, d’un côté ou de l’autre, et que ce sont parfois des petits gestes, des petits comportements, anodins mais répétés, qui contribuent à alourdir notre organisation et à nous condamner au « Fast Working ».

2 | Faites le point sur les creux et les trop-pleins de votre activité.

Votre activité professionnelle, si vous prenez le temps de l’observer et de la décortiquer, est faite de creux et de trop-pleins ! Sachez les reconnaître pour rééquilibrer progressivement la balance et tendre le plus possible vers la juste proportion dans chacune de vos tâches, chacune de vos activités : ni trop, ni trop peu, mais la juste mesure d’un rythme qui vous correspond et respecte votre écologie personnelle.

3 | Interrogez-vous sur votre définition de la performance au travail.

Nous le savons désormais, performance au travail et équilibre personnel ne vont pas l’une sans l’autre ! Mais que mettez-vous, vous, très concrètement derrière cette notion de « performance au travail » ? Cette question est centrale car c’est précisément ce que vous y mettez derrière qui conditionne vos comportements au travail, y compris en terme d’organisation personnelle et de gestion du temps. Prenez un temps de réflexion et répondez consciencieusement aux questions suivantes :

  • Quand est-ce que je me considère « performant dans mon travail » ?
  • Quels sont les critères concrets qui me permettent de dire que je suis « performant dans mon travail » ?
  • Quels sont enfin les critères concrets qui me permettent de penser que les autres (qui ?) me considèrent comme « performant dans mon travail » ?

Est-ce quand je réponds rapidement à un mail et que je montre ma grande réactivité ?

Est-ce quand je suis « à jour » de ma To-Do List et qu’il me reste même du temps pour classer mes documents et ranger mon bureau ?

Est-ce quand je parviens à répondre à toutes les demandes et les sollicitations qui me parviennent ?

Quoi d’autre ? Où est-ce que je place le curseur ?

4 | Mettez en place un sas de transition entre deux activités, deux rendez-vous, deux réunions.

Résistez au réflexe bien ancré d’enchaîner les activités les unes après les autres sans respirer !

C’est souvent cet excès d’activisme qui consomme notre énergie et nous épuise. Intégrez dès à présent dans chacune de vos journées professionnelles la nécessaire alternance entre activité et repos. Pratique le plus souvent possible cette alternance vous aidera assurément à mieux gérer votre énergie dans la durée, et donc à mieux tenir le rythme dans la durée.

Là est le véritable enjeu.


Une histoire d’équilibre et de sens…

Adepte de la Voie du Kaizen (ou de la stratégie des petits pas), je défends l’idée selon laquelle l’équilibre, par essence unique, se construit pas à pas, en posant une pierre après l’autre, au gré de nos tâtonnements, de nos déséquilibres maîtrisés et de nos apprentissages.

Car oui, créer le juste équilibre pour soi est une quête personnelle qui englobe chacun des aspects de notre être et qui nous permet de nous sentir vivantes, connectées, pleinement présentes à ce que l’on vit et à ce que l’on ressent, à travers notre corps, nos émotions, nos sensations, mais également à travers notre tête et notre cœur.

Chaque jour, depuis bientôt 10 ans, je côtoie hommes et femmes en quête d’équilibre. Mais j’ai pu mesurer au fil des ans combien la question de l’équilibre était intrinsèquement liée à la question du sens : le sens que l’on donne à notre temps, à nos intentions, aux choix que nous faisons, aux actes que nous posons.


J’ai pu mesurer au fil des ans combien la question de l’équilibre était intrinsèquement liée à la question du sens.

En réalité, l’un ne va pas sans l’autre et c’est précisément ce que j’entends par l’expression « se sentir à sa juste place » : ressentir au plus profond de soi que l’on est en cet instant là où on doit être, oser suivre la voie de son cœur et se faire confiance, toujours, et ce même si les choix que l’on fait s’éloignent de ce que les autres attendent de nous.

Car pour y parvenir, il importe de développer des qualités précieuses que sont la force intérieure, la détermination et le courage d’être soi, véritables sésames qui nous autorisent à vivre notre authenticité dans la sérénité et la confiance.  Cela implique d’apprendre à bien se connaître, d’identifier et d’accepter nos propres limites, mais aussi de retrouver notre plein pouvoir : oser dire non, quitte à déplaire, renoncer à un engagement pourtant séduisant si celui-ci s’oppose à nos convictions, faire des choix en conscience, pour vivre une vie inspirée, plus cohérente, alignée avec nos valeurs et nos aspirations.

Bref, une vie qui a du sens. Pour soi.